Bien fait !

Ré-apprendre aujourd’hui,

Réussir demain

Dans le cadre de été apprenant et culturel soutenu par le ministère de la culture

"Réapprendre aujourd'hui, Réussir demain",

C’est la méthode de Colette Mouchard, qui croit en la réussite à tout prix !

Selon elle, trois mois loin des écoles ont favorisé de nombreux décrochages chez les élèves et leurs parents.

Missionnée par le PISA (programme international de suivi des acquis), et accompagnée de son assistante, Mademoiselle Angèle, cette conférencière sillonne les villages pour réactiver tous les apprentissages que nous avons oubliés pendant la crise.

Malgré les outils d’évaluation implacables dont elle dispose, la séance de révision de Colette Mouchard va petit à petit effriter ses certitudes…

Conférence burlesque tout public composée et interprétée

Par Agnès Larroque et Laure Seguette

Bien fait ! est une conférence qui repose sur une analyse critique du "socle commun des connaissances et des compétences", édité par le ministère de l’éducation nationale en 2006. Ce document dresse une liste quasi exhaustive des connaissances, des compétences et même des attitudes qu'un élève doit acquérir tout au long de sa scolarité obligatoire. 

Le socle représente une assurance que prend l'État pour faire endosser au corps enseignant la charge incommensurable de matières à transmettre dans le cadre scolaire. 

C'est, par ailleurs un contrat passé avec l'international, puisque tous les 3 ans le PISA (programme international de suivi des acquis) évalue une des compétences dans tous les pays membres. En fonction des résultats obtenus, le ministère de l'éducation nationale modifie les programmes scolaires afin de réaliser un meilleur classement aux prochaines évaluations du PISA. Il s'agit donc d'une politique de résultat.

Enfin, c'est aussi un texte idéologique, qui insiste sur la  « volonté de réussir sa vie en société sous peine de se retrouver marginalisé », ou encore sur « la nécessité de prendre des initiatives au travail ». Comme au sein de l'entreprise, on croise les idées de performance, de flexibilité, de motivation à la réussite et d'une culture commune.

Pour finir, le contexte actuel en matière d’éducation pointe un autre danger : celui de sacrifier un peu plus les matières dites secondaires (culture et sport) et de renforcer les « fondamentaux ». Ce qui pose de sérieuses interrogations quant-à la vocation d’émancipation des jeunes individus dont l’école devrait se faire la garante. 

 

                                                                                     Laure Seguette et Agnès Larroque

Cie du Détour // 2020

  • w-facebook